Mobile money : l’interopérabilité effective dès le 31 mars 2019

0
361
Mobile-money
Le Gimac et les opérateurs de téléphonie s’engagent à respecter ce délai.

L’interopérabilité au niveau des paiements est annoncée pour le 31 mars 2019. A quelques semaines de cette date fixée par les autorités, les opérateurs de téléphonie mobile rassurent de ce que ce délai sera respecté. « Nous y travaillons, nous aurons la possibilité de faire des transactions avec les banques », assure Alain Nono, directeur général de MTN Mobile Money. Dans l’esprit de cette interopérabilité, comme l’a dit le directeur général du Groupement interbancaire monétique d’Afrique centrale (Gimac), il s’agit de s’assurer qu’on a intermédiation et interopérabilité de paiement. Selon Valentin Mbozo’o, des transactions vont partir des mobiles vers la carte, de la carte vers les mobiles, du mobile jusqu’au retrait des points d’acceptation GAB TPE, et vice versa, des paiements initiés auprès d’un opérateur mobile qui vont se dénouer chez un autre opérateur mobile. « Ça veut dire que les instruments de paiement du mobile d’un opérateur vont pouvoir interagir avec les instruments de l’autre et vice versa », explique-t-il.

Le processus permet l’interaction de plusieurs entités pour une transaction entre deux abonnés. « Un client de départ qui a fait un dépôt dans son compte à partir d’une première entité qui est. Il y a des commissions qui sont créées à l’agence chez laquelle le dépôt a été effectué. Ensuite vous avez le transfert qui va se faire entre le client en question et le client d’une banque par exemple. Ce transfert va se faire via le Gimac, qui est un intermédiaire entre les deux. Puis, il y a le retrait qui est possible dans un automate d’une troisième banque pour laquelle il y a un intermédiaire », explique Alain Nono.

Si aucune précision n’est encore donnée concernant les prix qui seront pratiqués, les acteurs soutiennent que les calculs semblent complexes.  « Nous sommes en train de travailler avec le Gimac pour s’assurer que les montants et les frais soient raisonnables, soient d’un ordre de grandeur acceptable par la population parce que si ces frais sont trop élevés, il est évident que le public ne va pas y adhérer », explique le DG de MTN Mobile money. Le régulateur de la monétique interbancaire de la sous-région mise sur ce processus d’interopérabilité pour doper le niveau de transactions, et réduire les coûts. « Nous pensons que l’interopérabilité des mobiles va augmenter la volumétrie des mobiles, elle va décloisonner  et permettre d’accroître l’utilisabilité, les usages possibles ». Le montant total des transactions mobile money en Afrique centrale a atteint un total de 5 700 milliards de FCFA en 2018.

In EcoMatin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here