AccueilSecteursEnergieLibérer le potentiel d’investissement de l’Afrique

Libérer le potentiel d’investissement de l’Afrique

-

(BFI) – Pour avoir une chance de réussir sur le continent qui connaît la croissance la plus rapide au monde, il faut d’abord découvrir les réalités concrètes des opérations sur le terrain dans de multiples juridictions où des défis uniques nécessitent des solutions innovantes.

Pour comprendre les opportunités et les complexités du continent, il faut souvent avoir un lien étroit avec lui. Étant né et ayant grandi en Afrique, je peux attester de la grande diversité de l’environnement qui constitue les fondements de l’économie et de l’environnement opérationnel. Pour avoir une chance de réussir sur le continent qui connaît la croissance la plus rapide au monde, il faut d’abord découvrir les réalités concrètes des opérations sur le terrain dans de multiples juridictions où des défis uniques nécessitent des solutions innovantes.

Un investisseur doit adopter les thèmes clés : tirer parti de la tendance à la croissance démographique de l’Afrique ; veiller à ce que les investissements bénéficient d’une présence et d’une expertise solides en matière de gestion sur le terrain ; un capital « patient » ; une stratégie de diversification des risques.

Dans un récent discours, le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, a fait allusion à cette perspective. Il a exhorté les entreprises singapouriennes à reconnaître l’abondance des opportunités en Afrique. Il a également souligné l’importance d’un partenariat avec les entrepreneurs et les entreprises africaines pour libérer tout le potentiel du continent.

Le groupe Adansonia, dont le siège est à Singapour et qui est présent à l’île Maurice, offre des services de gestion d’entreprise, d’administration, de conseil et de gestion de fonds à des personnes morales africaines opérant dans divers secteurs dans vingt pays d’Afrique. Le groupe dont je suis le PDG détient également une société de gestion de fonds enregistrée auprès de l’Autorité monétaire de Singapour.

La population des jeunes en Afrique croît à un rythme inégalé. Les données actuelles des Perspectives démographiques 2022 des Nations unies montrent que la part de l’Afrique subsaharienne dans la population mondiale en âge de travailler augmente fortement, tandis que celle de l’Inde et de la Chine continue de diminuer.

Cette croissance rapide entraîne une adoption sans précédent de l’internet, en particulier grâce à l’utilisation des smartphones. Cette tendance facilite le développement de services commerciaux révolutionnaires et de modèles de distribution plus efficaces dans divers secteurs et services. Pour tirer parti de cette tendance, le groupe Adansonia a lancé son fonds Adansonia Tech.

La persévérance est la clé

Alphamin Resources Corporation, une mine d’étain située dans les jungles reculées du Nord-Kivu, en RD Congo, est un exemple probant d’investissement via des fonds à risque. Lors de ma visite du site minier proposé en juin 2014, j’ai été accueilli par la vue d’une mine artisanale abandonnée au milieu de la jungle la plus rude de la planète ; il était difficile de me faire à l’idée qu’il s’agissait du gisement d’étain le plus riche et à la teneur la plus élevée de la planète.

Étonnamment, ce flanc de colline a été transformé en une entreprise rentable qui fournit 4 % de l’étain mondial et qui devrait atteindre 7 % d’ici à 2024. Cet accomplissement a été possible grâce à une équipe de gestion engagée, dotée d’une expérience locale, d’une position stricte contre la corruption et d’une capacité à surmonter les obstacles réglementaires.

La structure de capital permanent hybride du fonds a permis la résilience face à l’adversité lors de l’investissement dans Blue Bird en 2018, un groupe éthiopien de produits de grande consommation en pleine croissance. Malgré une guerre civile de 18 mois qui a affecté l’économie du pays, Blue Bird a persévéré, en contrôlant les coûts et en maintenant les opérations. Aujourd’hui, Blue Bird est sur la voie d’un redressement rapide, ayant récemment attiré un investissement substantiel de Norfund, le fonds d’investissement norvégien pour les pays en développement, afin d’établir une branche d’exportation. La thèse de l’investissement était solide : une économie en croissance rapide et les besoins non satisfaits du deuxième pays le plus peuplé d’Afrique offraient une opportunité inégalée pour les produits de grande consommation sur le continent.

Gestion des risques par la diversification

Avec 55 pays distincts, chacun ayant ses propres lois, réglementations et comportements de consommation, l’Afrique présente un marché fragmenté, mais aussi diverses opportunités d’atténuation des risques. En équilibrant les opportunités et les risques spécifiques à l’industrie et au pays, notre fonds à risque a toujours maintenu un rendement supérieur à 15 % par an depuis sa création, malgré les revers périodiques subis en Éthiopie, en Ouganda, en RD Congo et en Tanzanie.

Nous le voyons, l’Afrique présente à la fois un vaste potentiel d’investissement et des défis considérables. Toutefois, en comprenant ses complexités, en s’engageant à adopter un comportement éthique et en procédant à une diversification stratégique, il est possible de dégager des opportunités de croissance significatives. Comme l’a souligné le Premier ministre Lee, de tels partenariats avec l’Afrique et ses entreprises peuvent conduire à de nouvelles frontières passionnantes de succès mutuel.

Il s’agit pour un investisseur d’adopter les thèmes clés suivants : tirer parti de la tendance à la croissance démographique de l’Afrique ; veiller à ce que les investissements bénéficient d’une présence et d’une expertise solides en matière de gestion sur le terrain ; un capital « patient » ; une stratégie de diversification des risques.

Dans cette perspective, nos différents fonds continueront à profiter de la dernière grande opportunité de croissance et de la dernière frontière d’investissement qu’offre le continent africain.

Brendon Jones, PDG du groupe Adansonia

Rédaction
Rédaction
Média multi-support édité par l’Agence Rhéma Service, cabinet de communication et de stratégie basé à Douala, Business & Finance International regroupe des partenaires internationaux issus du monde des médias, des affaires et de la politique, mus par la volonté de fournir une information vraie, crédible et exploitable pour un investissement sûr en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici