L’Ethiopie envisage dynamiser son secteur des télécoms

0
109
Ethio Telecom

(BFI) – Le gouvernement éthiopien annonce qu’il va lancer en octobre prochain les appels d’offre pour la privatisation partielle de l’unique opérateur de téléphonie mobile, Ethio Telecom, ainsi que l’octroi de deux licences de téléphonie mobile. L’Éthiopie est le dernier grand marché africain de la téléphonie encore fermé à la concurrence.

D’ici février 2021 le gouvernement espère avoir cédé 40% du capital d’Ethio Telecom et vendu deux licences de téléphonie mobile. C’est une véritable révolution pour un pays jusqu’à présent fermé aux opérateurs étrangers.

Ethio Telecom détient en effet le monopole de la téléphonie mobile. Et ce n’est pas une franche réussite. L’entreprise se classe parmi les plus mauvais élèves du monde connecté. En Éthiopie, l’accès à internet est lent et couteux, les communications restent chères.

Une ouverture pour dynamiser le secteur

Ethio Telecom est endettée de plus de trois milliards de dollars auprès de la Chine dont les entreprises ont la main mise sur les infrastructures. Le gouvernement espère que la privatisation partielle d’Ethio Telecom doublée d’une ouverture à la concurrence va dynamiser le secteur.

Le gâteau est alléchant. Il représente 90 millions de consommateurs et 45 millions de clients pour Ethio Telecom. En Afrique, l’Éthiopie est la dernière grande opportunité pour les opérateurs internationaux. Tous les géants sont sur les rangs : Vodafone, MTN, Orange, Telkom. Une douzaine de groupes au total qui ont jusqu’à octobre pour déposer leur offre.

Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here