Les plus grandes banques d’Afrique centrale sont plus rentables que celles de l’Afrique de l’Ouest

0
249
Croissance

(BFI) – C’est ce que révèle un récent rapport de synthèse de la Banque africaine de développement (BAD) et le partenariat Making Finance Work for Africa (MFW4A), sur le secteur financier de l’Afrique centrale.

Avec ses 63 établissements de crédit, 864 établissements de mi­cro-finance (EMF), 58 compagnies d’assurance, 08 Organismes de prévoyance sociale (OPS) et des institutions financières disposant d’actifs d’environ estimés à 16 500 milliards de FCFA en juin 2018, contre 16 876 milliards en décembre 2017, la zone CEMAC attire l’appétit des groupes bancaires d’Afrique de l’ouest et du nord.

Selon ce rapport, au Came­roun par exemple, trois grands groupes bancaires marocains s’affrontent sur le marché camerou­nais en 2019. La rentabilité des banques dans la région tend à expliquer cet enthousiasme pour le secteur. Avec une marge de produit net bancaire de plus de 8%, les 41 plus grandes banques d’Afrique centrale sont plus rentables que celles de l’Afrique de l’Ouest.

Cet enrichissement du paysage financier profite à la bancarisation dont le taux est passé de 7% en moyenne en 2012 à 12% en 2017 dans la zone. Celui de l’UEMOA est proche de 15%. Malgré ces progrès, le régu­lateur reconnait que la grande précarité des ménages et le manque de culture financière font partie des principaux freins à la vulgarisation de la bancarisation.

La conjoncture défavorable des matières premières extractives a accentué la contraction du crédit au secteur privé enregistré en 2017. A ces difficultés conjoncturelles, s’ajoute une structure du crédit au secteur privé défavorable aux projets à long terme. Selon un rapport de la BAD de 2014, aucune banque d’Afrique centrale ne prêtait à plus de 5 ans.

In Conjoncture économique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here