Le groupe SABC amorce sa sortie de la Bourse de Paris en vue de se conformer à la règlementation camerounaise

0
246

(BFI) – La société Brasseries et glacières internationales (BGI), le premier actionnaire du groupe Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), veut racheter sur l’Euronext Paris, le marché financier français, les autres actions de la SABC qu’elle ne détient pas. Pour ce faire, BGI vient de déposer un projet d’Offre publique d’achat (OPA) auprès de l’autorité française des marchés financiers.

En effet, la règlementation française sur les transactions financières permet à l’actionnaire majoritaire d’une société cotée de faire une Offre publique d’achat sur les titres qu’il ne détient pas, si la valeur globale des transactions sur ses titres au cours des 12 mois précédant le projet d’OPA est inférieure à 0,5% de la capitalisation boursière. Dans le cas de SABC, ce ratio est de 0,13%.

L’objectif de ce rachat est la radiation de la cotation des actions de la SABC sur l’Euronext Paris. « Très peu de transactions sur les actions SABC ont lieu sur le marché réglementé d’Euronext à Paris, et ce depuis plusieurs années. Le maintien de la cotation des actions SABC n’est donc plus considéré comme un élément susceptible de lui assurer de meilleures conditions de financement, mais constitue, au contraire, une source de coûts supplémentaires » peut-on lire dans le projet de note d’information auquel L’Agence Ecofin a eu accès.

Dématérialisation des valeurs mobilières

Mais ce n’est pas la seule raison. La loi de 2014 sur la dématérialisation des valeurs mobilières au Cameroun impose désormais l’inscription de toutes les actions émises par toute société camerounaise dans un compte-titres ouvert au nom de leur propriétaire et tenu soit par la société émettrice soit par un teneur de compte conservateur dûment agréé par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf). Elle impose aussi une centralisation de ces actions auprès du dépositaire central agréé. Autrefois, la Caisse autonome d’amortissement (CAA), il s’agit aujourd’hui de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).

« Lesdites règles apparaissent difficilement compatibles avec le maintien de la négociation des actions SABC sur le marché réglementé d’Euronext à Paris », explique la BGI dans le projet de note d’information. Le capital social de SABC s’élève à 57, 36 milliards de FCFA. Il est divisé en 5 736 363 actions ordinaires de 10 000 FCFA de valeur nominale chacune. 73,6% de ce capital appartiennent à BGI.

L’offre de l’actionnaire majoritaire a déjà obtenu l’accord de Heineken. Le deuxième groupe de brasseries au monde est prêt à céder ses 8,75% d’actionnariat dans le cadre de cette OPA. Ce qui induirait donc sa sortie du capital de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun. La grande inconnue est donc désormais celle de la réaction des autres investisseurs minoritaires.

Il est proposé pour ceux d’entre eux qui le souhaiteront, que leurs actions soient reprises contre 128,5 euros chacune. Ce prix certifié est supérieur d’au moins 41% à l’ensemble des perspectives de valeur de ces actions. Toutefois pour ceux qui souhaitent conserver leurs titres, ces derniers seront transférés dans un compte approprié au Cameroun. Cette dernière option est celle souhaitée chez SABC qui veut garder ses actionnaires minoritaires.

Investir au cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here