Le groupe Olam envisage de construire un port sec dans la zone des trois frontières entre Cameroun, le Gabon et la Guinée équatoriale

0
272
Olam

(BFI) – Lors d’une séance de travail avec les autorités équato-guinéennes, tenue à Malabo en fin de semaine dernière, le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo, a indiqué que la construction des ports secs a été identifiée comme l’un des projets intégrateurs prioritaires pour ce qui concerne la Guinée Équatoriale.

En abordant les sujets liés au Programme économique régional (PER), le président de la Commission a expliqué que la construction des ports – secs a été identifiée comme prioritaire.

Selon Daniel Ona Ondo, la zone des trois frontières, comprise entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée Équatoriale, est propice pour la réalisation d’une telle infrastructure. Pour le président de la Commission Cemac, au regard du regain d’activité dans cette zone, un port sec permettra de booster les économies sous-régionales et d’intensifier les échanges commerciaux entre ces pays.

Il a par ailleurs, révélé le mode opératoire de ce projet qui peut se faire sous forme de partenariat public – privé (PPP), car va-t-il insisté, les grands groupes à l’instar d’OLAM sont intéressés et seraient prêts à investir.

D’ailleurs, selon la Commission de la Cemac, des grands groupes, à l’instar de la multinationale singapourienne Olam, désormais spécialisée à travers Gsez Infra dans la construction de grandes infrastructures, sont intéressés et seraient prêts à investir dans ce projet. Pour Baltazar Engonga, ministre équato-guinéen de l’Intégration, le projet revêt un caractère innovant. À l’en croire, cela va encourager les autorités à saisir officiellement la Commission de la Cemac pour son lancement.

Plus que favorable à l’effectivité de celui-ci, il a affirmé que son département ministériel saisira officiellement la Commission dans les meilleurs délais. A terme, la perspective de construction d’une zone économique spéciale pour le membre du gouvernement s’avère cruciale. Cela, au regard du potentiel économique de cette zone, signifié à plusieurs reprises par les opérateurs économiques.

Par Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here