Le gouvernement Camerounais n’est pas favorable à une baisse prix du carburant à la pompe

0
151
Station TRADEX
(BFI) – Une baisse des prix dans les stations-services sera répercutée sur le prix du transport et des autres biens et services. Le gouvernement ne semble pas favorable à cette option

15,5 dollars soit 9 356,834 FCFA. C’est ce que valait le baril du pétrole brut léger américain (WTI) ce 21 avril 2020 à 14 heures, après être tombé à 7,02 dollars (4237,22 FCFA) la veille, son plus bas niveau depuis 1986 ! Pour les pays producteurs de pétrole, cette chute représente un manque à gagner pour les recettes budgétaires. Au Cameroun, par exemple, le budget 2020 a été éla­boré sur la base d’un cours du baril à 54,4 dollars (30 197,44 FCFA).

Par contre, pour les pays importateurs, la situation actuelle est une bonne nou­velle puisque cela va en­trainer des économies pour l’approvisionnement. Le problème, c’est que le Ca­meroun se trouve dans les deux cas de figure. Une si­tuation bien embarrassante pour le gouvernement.

Depuis plus d’un mois, les transporteurs menacent de faire grève. Les opé­rateurs de ce secteur se plaignent « d’un manque à gagner considérable » dû à l’adoption par le gouver­nement d’une série de res­trictions dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Il s’agit par exemple de l’exigence de la désinfection des véhicules de transport, l’exigence des produits hydro-alcooliques à bord ; l’interdiction des surcharges ; la réduction du nombre de passagers à bord dans les taxis et dans les bus de transport interur­bain… sous peine de sanc­tions pécuniaires et judi­ciaires. Dans un préavis de grève adressé au Premier ministre, le 30 mars 2020, les présidents des syndi­cats nationaux des trans­ports routiers du Cameroun demandent notamment une révision à la baisse des prix des carburants à la pompe.

Bouba Yankréo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here