Le Forum international Afrique Développement veut relier l’Est à l’Ouest de l’Afrique

0
476
FIAD2019

(BFI) – «Quand l’Est rencontre l’Ouest ». C’est autour de cette thématique que s’est tenue la 6e édition du Forum international Afrique développement (Fiad), ouverte à Casablanca, la capitale économique du Maroc. La cérémonie protocolaire était présidée par Julius Maada Bio, président de la République de Sierra Leone, l’un des huit pays à l’honneur cette année. C’était en présence d’une pléthore de personnalités venues de divers horizons.

Dans leurs différentes allocutions, les principaux orateurs du jour ont invité les participants à plus de solidarité, de coopération et de stabilité politique.  « L’Afrique est une terre d’opportunité, de croissance et d’expansion avec l’une des plus fortes concentrations de ressources naturelle dans le monde », a déclaré le président  Julius Maada Bio lors de la cérémonie d’ouverture du FIAD 2019 qui a pour thème : « Quand l’Est rencontre l’Ouest ».  Thème qui se place sous le signe de l’intégration continentale. Pour le développement économique du continent, le président Sierra léonais a lancé un appel à la stabilité politique. Pour lui c’est un  gage nécessaire pour les investissements et la croissance du continent.  Dans la même veine, il a appelé à la mutualisation des efforts.  « J’invite mes pairs à la conjugaison des efforts pour lutter contre la corruption et améliorer le développement des affaires dans leurs pays »  a plaidé  Julius Maada Bio.

Devant une assemblée des investisseurs venus de 34 pays du  monde, Julius Maada Bio, a aussi mis un accent particulier sur l’éducation et le capital humain comme thèmes des années avenirs. Pour  sa part, Mohamed El Kettani, président directeur général du Groupe Attijariwafa bank, a émis des appréhensions sur la stabilité de l’Afrique. Toutefois il s’inquiète des actifs des banques de l’ouest, du nord et du Centre, donc leurs niveaux de dette africaine ont déjà atteint 53% de son PIB.

De même,  Mohamed El Kettani a fait appel à l’intégration africaine grâce à des différents projets concrets comme le souligne le thème de cette 6e édition « Quand l’Ouest rencontre l’Est ». Si les projets concrets font partis des grands enjeux de développement de l’Afrique, le développement passera aussi par les femmes, dans l’initiative « Stand up for African women entrepreneurs ».

« L’avenir de l’Afrique passera par les femmes. Car elles constituent 70% de la force agricole du continent et produisent 90% des denrées. Leur éducation, formation et l’égalité d’accès aux ressources, permettront non seulement de contribuer à une hausse conséquente de rendement agricole mais aussi de leur donner la possibilité de s’engager dans d’autre secteurs productifs », a confié Mohamed El Kettani. Autres thématique abordées sont ceux de l’entreprenariat des jeunes et du digital qui font partis également de l’avenir du continent.

Il faut miser sur l’intégration

Dans leurs différentes allocutions, les principaux orateurs du jour ont invité les participants à plus de solidarité, de coopération et de stabilité politique. « Le thème de cette édition témoigne de notre conviction qu’un élan du mouvement d’intégration économique de notre continent est nécessaire », a souligné Mohamed El Kettani, président directeur général du groupe Attijariwafa Bank.

L’Afrique devrait donc constituer, selon lui, le fondement d’un marché continental concurrentiel et émerger en tant que centre d’affaires reconnu au niveau international. A cet effet, les orateurs suggèrent d’investir sur les infrastructures, les diversités économiques des pays africains et briser les barrières culturelles, douanières et dogmatiques.

Ils ont également invité les pays à booster les échanges intracontinentaux, à miser sur une économie proactive et investir sur le capital humain. Les intervenants ont de ce fait réitéré la nécessité de promouvoir la zone de libre-échange et l’entrepreneuriat jeune. Selon eux, les startupeurs regorgent d’idées et de solutions qui aideraient l’Afrique entière à émerger.

Les femmes ne sont pas en reste. Une attention particulière leur est accordée lors de ce forum initié par le Fonds d’investissement panafricain Al Mada, actionnaire de référence du groupe Attijariwafa Bank.

Par Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here