Le Conseil National de Crédit envisage vulgariser l’information financière afin qu’elle soit plus accessible au grand public

0
280
Pret bancaire

(BFI) – Une réunion sur la présentation officielle du répertoire national de sûreté mobilière au grand public se tient ce jour à Yaoundé entre des responsables du Conseil National du Crédit au Cameroun et certaines parties prenantes a-t-on appris des sources proches du dossier.

Cette plateforme est censée recevoir, conserver et rendre accessible au public certaines informations relatives aux sûretés réelles mobilières. Selon des experts qui ont travaillé sur ce produit, son objectif est de réduire la différence de niveaux d’information entre les emprunteurs et les prêteurs d’argent, et rendre ainsi le crédit plus accessible.

Sur la plateforme qui est accessible via l’internet, on apprend que des personnes pourront désormais obtenir du crédit, notamment dans des microfinances, en apportant des biens autres que les titres de propriété immobilière. Si la plateforme parvient à son niveau d’utilisation optimale, il suffira d’avoir un bien expertisé comme un droit de propriété intellectuelle, une action de société, et tout autre bien de valeur pour le présenter comme collatéral (contrepartie ou garantie) à un prêt. L’utilisation des biens meubles se fait déjà dans certains contrats de prêts comme le leasing, où le bien acquis est nanti jusqu’à remboursement complet du crédit. C’est le cas pour l’acquisition de voiture, ou encore d’engins pour la réalisation de gros travaux.

Dans la pratique aussi, il y a une intense activité de prêteurs sur gage mais qui opèrent sur un plan informel. Le projet aura cependant besoin d’une campagne de sensibilisation. Cette nouvelle plateforme est la deuxième initiative visant à renforcer l’accès au crédit dans le pays. En juin 2018, le Conseil National du Crédit avait présenté la Centrale des Risques des Etablissement de Micro Finance. Un projet qui avait donné des points au classement Doing Business, mais qui tarde à devenir un levier pour la hausse des crédits accordés aux petits promoteurs et porteurs de projets.

Aussi les coûts du crédit demeurent encore élevés, notamment pour les individus. Pour le crédit à la consommation, il a été constaté que le Taux Effectif Global était de 14%, avec un taux d’usure pouvant atteindre les 19%. Une situation qui rend encore difficile l’accompagnement financier des PME qui constituent une part importante de l’économie camerounaise. 

Par Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here