Le Congo veut améliorer sa production pétrolière

0
37

(BFI) – Après le groupe français Total Energies et l’Américain Chevron, six autres compagnies pétrolières ont conclu avec le gouvernement congolais, le 28 avril, de nouveaux engagements de partage de production. Les opérateurs pétroliers se sont engagés à accroître leurs investissements dans le forage et l’exploration.

Les avenants aux contrats de partage de production ont été signés entre le ministre des Hydrocarbures, Bruno Jean Richard Itoua, et les dirigeants de Petro Congo, Kontinent, Hemla, AOGC (Africa oil gas corporation), Perenco et Congorep. « Ces nouveaux contrats vont nous permettre d’avoir une vision à long terme sur nos activités et investissements dans le pays. Ce sont essentiellement des engagements sur la fiscalité et de régime douanier pour envisager le futur », a estimé Christophe Blanc, le directeur général de Perenco Congo et Congorep.

Ces accords additionnels constituent un cadre règlementaire qui donne plus de visibilité aux opérateurs pétroliers. Avec une production de 339 000 barils par jour en 2019, le Congo est le troisième producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, derrière le Nigeria et l’Angola. En 2018, le pays a rejoint l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole.

À noter que le secteur pétrolier reste le moteur de l’économie congolaise et représente cette année plus de 52% du budget national et 90% des exportations du pays. Quinze permis de recherche sont en cours de validité à ce jour et trente-huit champs en phase d’exploitation.

Bouba Yankréo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here