Le Camerounais Ernest Dikoum, DG de Camair Co nommé président de l’Association des compagnies aériennes africaines

0
531

(BFI) – Ernest Dikoum (photo), le directeur général (DG) de Camair-Co, la compagnie aérienne nationale du Cameroun, a été désigné le 27 novembre à Rabat (Maroc) comme président de l’assemblée générale de l’Association des compagnies africaines (Afraa). C’était au cours de la 50è assemblée générale de cette instance internationale.

 

Dans le discours d’acceptation de sa nouvelle fonction d’une durée d’un an, M. Dikoum a invité les acteurs du secteur de l’aviation sur le continent, à mutualiser leurs efforts afin de répondre efficacement aux mutations incessantes de l’industrie. Dans la foulée, il a été décidé à l’unanimité au cours de ses assises que le Cameroun sera l’hôte de la 51è Assemblée générale de l’Afraa en novembre 2019.

Pour le DG de Camair-Co, « cette énième victoire du Cameroun à l’international qui verra la participation d’acteurs de l’aviation (Boeing, Airbus, Bombardier, ATR, Rolls Royce, Party & Chutney, General Electric, IATA…) et plus d’une cinquantaine de compagnies aériennes africaines est la preuve évidente que notre pays jouit d’une grande crédibilité ».

 

Portrait

« Ernest Dikoum est un grand spécialiste du transport aérien. C’est un homme d’expérience dont les compétences sont avérées et reconnues dans le monde. » C’est avec ces mots que l’alors ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o l’introduisait lors de son installation.

Ernest Dikoum est un technocrate de souche ! Diplômé de l’école de tourisme de Rabat en 1992, il se spécialise en 1996 dans la gestion des bases de données. Un diplôme qui va le prédisposer à travailler dans l’industrie touristique, il choisit l’aéronautique.

Après sa formation à l’Emirates Aviation Collège, il travaille au sein d’Emirates où il occupe le poste de directeur pour l’Afrique de l’Ouest, avec résidence au Sénégal. Quelques années plus tard, il s’occupe de la définition de la politique commerciale d’Emirates en Afrique australe et est nommé directeur régional d’Emirates pour le Zimbabwe. Une belle promotion…

Il ne s’arrête surtout pas là ! En tant que développeur des services aériens auprès d’Emirates, il y travaille pour la conquête d’une partie du marché de l’aviation civile nord-américaine.

Depuis sa nomination à la tête de l’étoile du Cameroun, Ernest Dikoum est, peu à peu, en train de changer la perception qu’on avait de la Camair-Co. Il a tout d’abord accentué son management sur la formation, le recrutement et le renforcement des capacités du personnel. Il a par la suite développé des nouvelles lignes commerciales dans le pays. On peut notamment citer Bertoua, Bafoussam, Bamenda.

Le but, maximiser les recettes de la structure qui a des opportunités d’affaires à l’intérieur du pays. Mission accomplie, il met le cap sur les pays voisins. Il dessert les pays tels que le Gabon (Libreville), le Nigeria (Lagos), et très récemment le Sénégal (Dakar). En Novembre 2017, il annonce la multiplication par quatre en un an du chiffre d’affaires de la compagnie qu’il dirige. Preuve que le management de l’entreprise est à la hauteur des attentes !

 

Performances

Un chiffre d’affaires en hausse de 142% par rapport à celui de l’année dernière à la même période, de 5,1 à 12,3 milliards F. Un trafic passagers qui a augmenté de 67%, 157 000 contre 94 000 en 2017. Un déficit d’exploitation réduit de 4,1 milliards F à 1,3 milliard F. Ce sont là quelques performances marquantes de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) pour le premier semestre 2018. Des chiffres partagés par Ernest Dikoum, le Directeur général de la compagnie aérienne camerounaise, le 18 juillet dernier lors d’un déjeuner de presse à Douala.
Les performances de Camair-Co au 30 juin 2018 se traduisent aussi dans la gouvernance de l’entreprise. En effet, de 11 directions à l’arrivée d’Ernest Dikoum en août 2016, la compagnie est passée à 6 directions. Il y a également le programme de maitrise des charges qui a permis par exemple de réaliser des économies de 30 millions Fcfa sur les dépenses bureautiques.

De plus, la compagnie est actuellement dans un plan d’assainissement qui s’est notamment traduit par la réduction du nombre d’employés, de 814 à 568 actuellement. Un assainissement qui concerne le fichier du personnel, vérification de diplômes à l’appui, en cours. Ce personnel, par ailleurs, aura droit au Human Resource Empowerment afin de parfaire l’adéquation poste-profil. Ce développement du capital humain est nécessaire pour relever les défis en cours de Camair-Co, l’entreprise étant en plein dans son plan de relance. Avec une moyenne de 150 vols par semaine, il s’agit de continuer à développer son réseau qui est actuellement de 14 destinations (7 domestiques, 7 régionales).

L’extension est prévue entre autres à Bertoua, Bamako, Brazzaville. Sur les lignes internationales, la réouverture de Paris et l’ouverture de Londres sont étudiées. Quant à la flotte, qui est de six avions, l’ambition est de l’enrichir de deux nouveaux aéronefs avant la Coupe d’Afrique des Nations de football organisée par le Cameroun en juin 2019.

Par Chelsea Kimberley Etoho Agoume

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here