Le Cameroun prend des mesures pour mieux maîtriser son endettement

0
223
Camwater

(BFI) – Au cours du triennat 2021-2023, l’Etat prévoit de retirer son soutien financier aux sociétés publiques qui devront se financer par le biais de prêts non souverains. 

Dans le cadre de la préparation du budget 2021, le gouvernement du Cameroun a inscrit des dispositions dans le document d’orientation budgétaire (DOB), allant dans le sens de la maîtrise de l’endettement généré par les établissements et entreprises publics.

« Les actions qui seront déployées au cours du triennat (2021-2023) viseront la réduction des sollicitations en direction du budget de l’Etat, de la part de ces structures porteuses de passifs conditionnels, en les amenant à s’orienter vers les prêts non souverains des partenaires au développement ou des banques privées », explique le DOB.

Toujours selon le document, il sera surtout nécessaire d’améliorer l’information financière et de renforcer la surveillance de la gestion de ces entités, sur la base des innovations induites par la réforme en cours. Quant aux dettes existantes, dont les audits sont soit en cours, soit projetés, celles-ci seront progressivement apurées, à travers leur prise en compte dans les budgets de ces entités.

Le gouvernement constate que les entreprises publiques, bien qu’autonomes, sollicitent en cours d’année et de façon récurrente le budget de l’Etat, pour des appuis ponctuels et pour des montants assez élevés sans que ceux-ci aient été prévus dans le budget initial. Pourtant, la vocation originelle est plutôt le reversement des dividendes pour financer le budget de l’Etat et non l’inverse. C’est le cas de Camair-Co, Sonara, Port autonome de Douala (PAD), Port autonome de Kribi (PAK), Société de développement du coton (Sodecoton), l’opérateur des télécoms Camtel, le postier Campost, la chaîne audiovisuelle CRTV, l’Imprimerie nationale, etc.

En 2017, la dette globale des 37 entreprises publiques ou à capitaux publics du pays se chiffrait à plus de 2624,4 milliards FCFA. La Sonara, l’entreprise nationale des télécommunications (Camtel) et la Compagnie nationale des eaux (Camwater) occupaient le top trois des entreprises publiques endettées avec des montants respectifs de 763,2 milliards FCFA, 554,5 milliards FCFA et 352,4 milliards FCFA, à fin 2017. Les autres entreprises publiques qui bouclent ce top 5 sont Electricity Development Corporation (140,4 milliards FCFA) et la Sodecoton (113,1 milliards FCFA).

Bien plus que leur endettement, ce sont les difficultés rencontrées par ces entreprises pour générer des revenus suffisants au remboursement de leurs créanciers qui posent problème.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here