Le Cameroun fait 32 milliards de recettes forestières au cours de l’exercice 2018

0
298
Recette forestière
(BFI) – Le ministère en charge des Forêts déclare qu’elles sont en hausse de 122, 76% par rapport à la même période en 2017. La redevance forestière (RFA) y représente 33,64 %.

Au cours de l’exercice 2018, le ministère en charge des Forêts (Minfof) déclare que les recettes recouvrées au titre de l’exploitation forestière sont évaluées à environ 32 milliards de FCFA, en hausse de 122,76 %. Selon le Chef de ce département ministériel, le dépassement de la cible s’expliquerait par trois facteurs, dont la demande élevée du bois, la valorisation des rebuts d’exploitation forestière et l’augmentation des bois issus des ventes aux enchères. Dans le détail, les quantités de bois exportés du Cameroun en 2018 sont évaluées à 1 143 296,4 m3.

S’agissant des produits forestiers non ligneux, souligne le site d’informations « Investir au Cameroun » 2 259,02 tonnes ont été exportées en 2018 pour une valeur de 2,33 milliards de FCFA. Quant au développement des filières bois-énergie, 20 039,65 tonnes métriques ont été mises sur le marché. Le bois de chauffe est estimé 18 123,84 tonnes métriques et le charbon, à 1 915,81 tonnes métriques. Enfin, les recettes recouvrées dans le sous-secteur faune s’élèvent à 646,3 millions de FCFA. Huit communes riveraines des zones d’intérêt cynégétiques perçoivent les quotes-parts de redevances fauniques issues des taxes d’affermage.

Exit cet aspect, le Réseau des parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale indique que 80% du bois utilisé dans marchés publics est transporté illicitement. Voilà pourquoi un dialogue est ouvert à l’Assemblée nationale entre le gouvernement et le Parlement sur la satisfaction de la commande publique du secteur privé et des ménages par le bois local d’origine camerounaise.  Il est donc question de protéger la diversité et œuvrer pour une exploitation rationnelle de ce potentiel qu’est le bois.  Aussi de voir comment les Camerounais doivent utiliser le bois de l’exploitation légale et dans quelle mesure on peut l’utiliser pour faire les travaux au lieu de l’importer.

EcoMatin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here