Le Cameroun augmente l’accès à l’eau potable

0
528
eau potable

(BFI) – Une convention a été signée le 11 décembre 2018 à Yaoundé entre le ministère de l’eau et de l’énergie et une société indienne, afin de construire des systèmes d’approvisionnement en eau dans une vingtaine de villages.

L’accès à l’eau ou à une boisson en quantité et de meilleure qualité reste un défi majeur dans certaines zones urbaines et reculées du Cameroun. Ce n’est pas une nouvelle d’entendre que certains habitants de villages marchent plusieurs kilomètres pour aller chercher de l’eau potable. Dans certaines régions, la population a eu recours à la recherche d’eau potable dans des cours d’eau dont la qualité laisse à désirer. Cela conduit souvent à l’apparition de maladies d’origine hydrique telles que le choléra. Conscient de ce fait, le présidentPaul Biya, lors de son discours inaugural du 6 novembre 2018, n’a pas manqué dementionner l’amélioration du bien-être social des Camerounais. Il a déclaréqu’il ne relâcherait pas ses efforts pour que tous les Camerounais aient accèsà de l’eau potable de qualité et en quantité.
C’est dans ce cadre que le ministère de l’Énergie et de l’Eau du Cameroun a signé une convention avec une entreprise indienne le 11 décembre 2018 à Yaoundé. Selon les termes de la convention signée au nom du gouvernement camerounais par le ministre de l’eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, la société indienne va conceptualiser, réhabiliter et construire des systèmes d’approvisionnement en eau dans une vingtaine de localités au Cameroun.
Le projet, financé à hauteur de 34 milliards de dollars par le gouvernement camerounais, sera réalisé dans les localités de Ngoumou, Bafia, Bokito, Ombessa, Mbandjock, Akonolinga et Nanga-Eboko, toutes situées dans la région Centre. Dans le Littoral, Manjo et Diboumbari. Bana, Bansoa et Foumban pour la région de l’Ouest, Mamfe et Kumba pour la région du Sud-Ouest, Bambui, Bambili, Nkambe, Bali, Fundong pour la région du Nord-Ouest et les habitants d’Ebolowa pour la région du Sud.
On espère que ce projet contribuera dans une large mesure à résoudre le problème de la grave pénurie d’eau constatée dans ces villages, une situation qui a été aggravée par l’augmentation constante de la population. L’entreprise indienne disposera de dix-huit mois pour mener à bien le projet. Le ministre Eloundou n’a pas oublié d’appeler l’attention de l’entreprise sur la nécessité de veiller à ce que des travaux de construction de qualité soient effectués sur le terrain.
Le gouvernement s’est lancé dans une série de projets de ce type afin d’améliorer les moyens de subsistance des Camerounais. Dans les régions du nord, la construction de quelque 2412 forages a été réservée, tandis que la société camerounaise des services deseaux du Cameroun fait tout son possible pour accroître la capacité de production, de traitement et de stockage de l’eau, de sorte que d’ici 2020, plus de 75% les Camerounais auront accès au précieux liquide.

Par Bouba Yankréo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here