L’ANOR va en guerre contre le carburant frelaté dans les stations-services

0
275
Charles Booto A Ngon
Charles Booto A Ngon, Directeur Général de l'ANOR
(BFI) – L’opération de l’Agence des Normes et de la Qualité est mise en œuvre avant l’entrée en vigueur, le 10 novembre prochain, de l’arrêté du MINMIDT rendant obligatoire, pour tout produit pétrolier importé ou fabriqué, le respect des normes camerounaises y relatives.

Charles Booto à Ngon (Photo), directeur général de l’Agence des Normes et de la Qualité (ANOR), a annoncé le 16 octobre 2019 à Douala, le lancement d’une mission de contrôle dans les stations-serves opérant au Cameroun. Cette action vise à lutter contre la vente du carburant frelaté aux usagers. « Pour ceux qui ne vont pas se conformer au respect de ces normes, il y aura des sanctions (…) Dès lors que sur un marché, un opérateur économique n’aura pas de certificat de conformité, il sera sanctionné », prévient Directeur général de l’ANOR. Il indique également que « des contrôles inopinés seront désormais faits dans les stations d’essence. Parce que le produit peut être au départ de bonne qualité, mais arrivé une fois à la station, on le frelate en le mélangeant à autre chose ».

Ces contrôles de l’Anor sont institués après la découverte par le ministre de l’Eau et de l’Energie (MINEE) d’un réseau mafieux de carburant frelaté dans la station-service Total Dibamba à Douala, alors qu’il était de retour d’une visite des installations de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP), le 7 septembre dernier. Les tests effectués avec ce carburant avaient prouvé qu’il s’agissait d’un mélange du gasoil avec de l’eau. Le ministre Gaston Eloundou Essomba avait instruit le respect strict des procédures de contrôle des produits pétroliers dans toutes les stations-service du Cameroun, avec l’intensification des contrôles de qualité de l’ensemble des produits pétroliers distribués sur l’étendue du territoire.

L’opération d’inspection de l’Anor arrive également dans un contexte alors que, dès  le 10 novembre prochain, va entrer en vigueur l’arrêté du ministre de l’Industrie, des mines et du développement technologique (MINMIDT) qui rend obligatoire, pour tout produit pétrolier importé ou fabriqué, le respect des normes camerounaises y relatives. En plus de vouloir lutter contre le phénomène du carburant frelaté, Charles Booto à Ngon veut mettre fin aux problèmes de pollution, aux mauvaises conditions de transport, au stockage et à la manipulation des produits pétroliers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here