L’Angola accorde la 4e licence mobile du pays au libanais Africell

0
142
Africel-uganda
(BFI) – Le gouvernement Angolais a annoncé avoir attribué sa quatrième licence de téléphonie mobile au groupe libanais Africell, dont le réseau devrait être opérationnel d’ici quelques mois.

« La société de télécommunications Africell Holding a été sélectionnée par le groupe de travail pour obtenir la licence de quatrième opérateur national de télécommunications », a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

En mars dernier, l’investisseur, qui avait traversé avec succès la phase de qualification instituée par le gouvernement angolais, avait été invité par le groupe de travail interministériel – composé de la ministre des Finances, du ministre des Télécommunications et des Technologies de l’information et de celui de l’Économie et de la Planification – à présenter son offre technique et financière.

Pourtant, au lancement du processus d’attribution de la ressource télécoms, plusieurs opérateurs télécoms – dont MTN, Orange, Maroc Telecom, Vodafone – avaient exprimé leur intérêt. Mais seul Africell est allé jusqu’au bout de son intérêt en officialisant sa candidature.

La reprise par Africell de la 4e licence mobile fait suite à l’annulation par le président de la République, Joao Lourenço, de son attribution à l’entreprise angolaise Telstar en avril 2019. Le chef de l’État avait évoqué un non-respect par l’entreprise de certaines procédures inhérentes à l’opération.

Actuellement, deux entreprises privées se partagent la quasi-totalité du secteur de la téléphonie mobile en Angola, Unitel (80%) et Movicel (près de 20%). Un troisième opérateur, Ango, détenu à 45% par la compagnie publique Angola Telecom, a récemment fait son apparition sur le marché.

En entrant en Angola, la société Africell Holding SAL renforce sa présence en Afrique où elle est déjà présente en Gambie, République démocratique du Congo, Sierra Leone et Ouganda. Ziad Dalloul, le fondateur et président-directeur général de l’entreprise, voit dans l’Angola un marché à fort potentiel.

L’ouverture du secteur des télécommunications fait partie du programme du président Lourenço pour relancer l’économie du deuxième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne, qui peine à se relever des conséquences de la forte chute des prix du brut en 2014.

Elise Nguélé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here