L’Afrique Centrale ne court aucun risque de dévaluation du Fcfa

0
100
Abbas Tolli

(BFI) – Le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale l’a affirmé mardi 12 mai dernier dans un communiqué.

« Au 10 mai 2020, les réserves de change de la CEMAC se situent à 5 348,8 milliards de Fcfa, représentant près de 5 mois d’importations de biens et services, pour un taux de couverture extérieure de la monnaie de 74,16% ». Dixit Abbas Mahamat Tolli (Photo), gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), dans un communiqué rendu public mardi 12 mai dernier.

Une sortie pour taire les nouvelles rumeurs sur une éventuelle dévaluation du Franc CFA, qui circulent depuis quelques jours. En réalité, c’est en se basant sur le rapport de politique monétaire du mois de mars, publié en avril dernier, que les observateurs se sont lancés dans des débats.

Dans ce rapport, il était mentionné que « le niveau des réserves de change de la zone est ressorti à 3,2 d’importations des biens et services à fin décembre 2019, soit un niveau à peine supérieur au seuil minimal de 3 mois d’importations des biens et services ».

Mais le patron de la Banque centrale se veut rassurant et affirme que « l’évolution de la pandémie du Covid-19 dans sa zone d’émission n’a pas influencé négativement le niveau des réserves de change, qui demeure confortable. »

En effet, si on compare les chiffres sur un an, la situation économique au sein de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) semble meilleure en 2020 que l’année dernière à la même période. Au 10 mai 2019, les réserves de changes étaient de l’ordre de 4 113 milliards de F, soit un taux de couverture extérieure de la monnaie de 63,55 %. Comme dit plus haut, ces données affichent, à ce jour 5 348,8 milliards de F, pour près de cinq mois d’importations et représentent un taux de couverture extérieure de la monnaie de 74,16%.

Soit une augmentation de 30%. « Au regard de cette évolution, l’on peut se satisfaire de la consolidation des réserves de change de la Communauté, à la faveur non seulement d’une mise en œuvre efficace des dispositions de la réglementation des changes, en particulier celles relatives aux rapatriements et aux rétrocessions, mais aussi des actions des pouvoirs publics des Etats membres de la CEMAC, soutenus en cela par les partenaires au développement, pour maîtriser les effets de cette pandémie sur la situation économique desdits Etats », poursuit Abbas Mahamat Tolli.

Par ailleurs, le gouverneur rassure de ce que la BEAC continuera à suivre de près les conséquences sur l’économie et la monnaie commune de la propagation de la pandémie.

La Banque est également prête à ajuster, le cas échéant, tous les instruments de gestion de sa monnaie, pour préserver les conditions de liquidité dans le système bancaire et assurer ainsi la transmission harmonieuse de sa politique monétaire dans toute la CEMAC.

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here