La Socaver compte produire 19 000 tonnes de verre en 2019

0
1350
Bouteilles
(BFI) – La Société camerounaise de verrerie (Socaver), filiale de la Société anonyme des brasseries du Cameroun revoit ses ambitions à la hausse

Ses objectifs pour l’année 2019 sont désormais connus. La Société camerounaise de verrerie (Socaver), filiale de la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), indique que son objectif, au cours de cette période, est d’atteindre un niveau de production égale à 19 000 tonnes de verre. Cette production s’ajoutera à un stock déjà disponible de près de 7 500 tonnes. Ce qui fera un total de 26 500 tonnes de verre. La Socaver espère vendre au finale une quantité de 22 000 tonnes. Pour parvenir à ces performances, la filiale de la SABC projette la reconstruction de son four n° 2 acquis en 2011 et qui est arrivé en fin de vie. Il sera aussi question de construire un atelier de préformes, et procéder à l’acquisition des équipements performants pour le contrôle qualité. Sans oublier la contractualisation de tous les clients et prestataires de la société.

En effet, la Socaver est la seule verrerie d’Afrique centrale. Elle exporte ses produits vers le Tchad, la République centrafricaine, le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Congo Brazzaville. L’expertise de cette entreprise basée au Cameroun est aussi sollicitée en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Mali…). C’est en juillet 1970 que cette société cinquantenaire a soufflé sur sa première bougie. Elle s’est donnée pour mission, informe-t-on, de mettre à la disposition de sa clientèle des produits d’une qualité irréprochable, respectant les normes et standards internationaux. Pour y parvenir, son système de management, précise-t-on, répond de façon globale et de manière satisfaisante aux exigences des référentiels ISO 9001/2008 et FSSC 22 000. Spécialisée dans la fabrication du verre creux, Socaver dispose de deux fours qui produisent annuellement 55 000 tonnes de verre fondu, grâce à une installation complètement automatisée.

Par Christian Trésor Adong Baliaba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here