La RDC libéralise son secteur des assurances

0
338
ARCA-Alain-Kaninda
M. Alain Kaninda, Directeu Général de l'ARCA

(BFI) – L’Autorité de Régulation et de Contrôle des Assurances (ARCA) est désormais prête à agréer les sociétés d’assurances désireuses d’opérer en RDC. Elle a procédé, ce mardi 12 Décembre 2017,  à l’ouverture des guichets de réception de dossier de demande d’agrément. Ce qui marque la libération effective des assurances en RDC.

Aux pas du secteur bancaire, le secteur des assurances libéralisé vient contribuer aux financements à long terme de l’économie de l’Etat sur ressources propres, à la création d’emplois et des richesses, à la protection des personnes et des biens ainsi qu’à la sécurisation des investissements. L’ouverture des Guichets de l’ARCA au siège situé sur l’avenue Pumbu N° 17 à Kinshasa fait ainsi suite à la prise de plusieurs mesures d’application du Code des Assurances dotant la RDC d’un outil standard et moderne.

Le Ministre des Finances a fait allusion à la signature, le 21 Août 2017, par le Premier Ministre du Décret portant fixation du Plan spécifique du secteur des assurances. Cinq autres Projets de Décrets ont été examinés par la Commission ECOFIRE du Gouvernement et ils seront bientôt soumis au Conseil des Ministres pour approbation. Il y a aussi neuf (9) autres arrêtés ministériels signés le 29  Août 2017 qui fixent les modalités d’indemnisation des préjudices subis par les victimes d’un accident.

« Je voudrais insister auprès des nouvelles compagnies d’assurances qui s’installeront en RDC que le Gouvernement attend d’elles le placement au maximum des provisions sur le territoire afin de contribuer au financement de l’Economie, le recours le plus possible à l’expertise  et à la  main d’œuvre congolais. Les innovations dans le règlement des sinistres en respectant les délais et en indemnisant professionnellement les sinistrés.  Enfin le respect de leurs obligations fiscales vis-à-vis du trésor public », a déclaré Henri Yav Mulang.

Pour sa part, le Directeur Général intérimaire de l’ARCA, Alain Kaninda a, dans son exposé, présenté les éléments d’opérationnalisation et les impacts socio-économiques de la libéralisation du secteur des assurances. Des conditions d’agrément et le retrait des formulaires au Guichet, au travail technique d’analyse des dossiers aux facteurs décisifs de succès, il a tenu à rassurer les opérateurs économiques de l’expertise et du professionnalisme de son équipe.

D’après Alain Kaninda, s’il faut laisser le temps aux demandeurs de retirer et de s’imprégner des règlements, dès à présent, les premiers dossiers pourraient être réceptionnés entre Janvier et Février 2018. Dans l’hypothèse où les premières décisions tombaient entre Avril et Mai de la même année, l’ouverture des compagnies agrées pourrait intervenir  entre Mai 2018 et Mai 2019.

Premiers bénéficiaires

Parmi les premières sociétés bénéficiaires de cette acte, les filiales de Rawbank Rawsur SA et Rawsur Life SA, et à deux sociétés de courtage devant opérer légalement en RDC. Rawsur SA et Rawsur Life SA, filiales de Rawbank, vont officiellement exercer comme sociétés d’assurances en RDC. D’après le conseil d’administration de ces sociétés, Rawsur SA exercera ses activités d’assurance non vie – accidents, incendies et risques divers -, tandis que Rawsur Life SA exercera les activités d’assurance vie qui impliquent un financement durable et une épargne longue et stable. « La mission de Rawsur et de Rawsur Life SA est de donner les moyens à ses clients de vivre mieux et en sécurité, de protéger les personnes contre les pertes imprévues » déclare dans un communiqué Mazhar Rawji, président des conseils d’administration de Rawsur et de Rawsur Life SA, qui s’engage à « faire une réelle différence dans la vie des populations en le protégeant contre une diversité de risques et en leur permettant ainsi de saisir des opportunités et de sécuriser leurs moyens d’existence », explique-t-il.

Ces agréments sont intervenus quatre ans après l’entrée en vigueur du code des assurances et trois ans après le décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Arca en tant qu’établissement public devant réguler le secteur des assurances.

Un potentiel de 5 milliards de dollars

Le marché congolais des assurances est estimé à ce jour à 71 à 80 millions de dollars (63 à 71 millions d’euros) de volume de primes. Selon les chiffres de la Société nationale d’assurance (Sonas), la société d’assurance de l’État, ce niveau représente un taux de pénétration de moins 0,5 %. Le potentiel du marché des assurances est estimé à 5 milliards de dollars américains pour le dix prochaines années.

Si ces chiffres révèlent que le marché congolais reste une opportunité d’investissements des opérateurs économiques spécialistes dans le secteur, l’administration de Rawsur Life Sa et Rawsur SA s’engage à « renforcer l’économie congolaise à travers la contribution au développement économique du pays, l’innovation et l’adaptation des produits et services d’assurances aux besoins du marché congolais ».

Par Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here