La COBAC promeut les nouveaux dispositifs du paiement de crédit en zone CEMAC

0
375
Tolli

(BFI) – La ville de Ndjamena au Tchad accueille depuis lundi 22 juillet 2019 un séminaire sur la diffusion du nouveau dispositif réglementaire relatif aux services de paiement dans la CEMAC. Cette rencontre des membres de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC), des responsables des micros crédits et finances ainsi que ceux des institutions financières de la CEMAC est facilité par le président de la COBAC monsieur Abbas Mahamat Tolli par ailleurs gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) et les différents responsables des institutions bancaires de la zone.

Ce séminaire vise à sensibiliser les parties prenantes au regard des innovations technologiques observées dans les services de paiement de la sous-région. « Le séminaire organisé par la COBAC a pour objectif de faciliter une meilleure appropriation des nouveaux textes par l’ensemble des acteurs du secteur », a indiqué le président de la COBAC, Abbas Mahamat Tolli.

C’est le lieu pour les responsables des microcrédits et finances d’harmoniser et d’adapter leurs prestations conformément aux nouveaux dispositifs définis par la COBAC dans les nouvelles modes de paiement qui sont le guichet électronique, les téléphones mobiles et les cartes prépayées ainsi que les risques du phénomène de blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Pour le Président de la COBAC, Abbas Mahamat Tolli « Il est apparu que les dispositions réglementaires encadrant les activités de paiement dans la CEMAC nécessitent d’être renforcées ». C’est pourquoi le secrétariat général de la COAC a engagé en 2016, le chantier visant à reformer le cadre institutionnel et réglementaire régissant les activités liées au service de paiement dans la zone CEMAC.

« L’objectif recherché étant d’aboutir à une réglementation englobant à la fois la surveillance par les autorités de contrôle et afférentes, qui sont la COBAC et la Banque centrale avec la contribution des autorités nationales de régulation de ces activités », a expliqué Abbas Mahamat Tolli.

Durant les travaux, les participants se pencheront sur la question des conditions d’accès à la profession de prestataire de service de paiement, les conditions d’exercice en qualité de prestataire de service de paiement et les conditions de supervision et de surveillance des prestataires de service de paiement.

Les résultats issus de ces assises permettront aux participants de s’approprier et de se conformer à ces nouvelles dispositions réglementaires qui vont désormais réglementer les différentes transactions dans la CEMAC.

Par Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here