« La ceinture et la route » – Un projet arrimé aux idées

0
400
Forum de coopération chine
Deuxième Forum de coopération sur « La ceinture et la route »

(BFI) – En réunissant à Beijing du 24 au 27 avril dernier le deuxième Forum de coopération sur « La ceinture et la route », les autorités chinoises ont également inauguré un Groupe de réflexion international, destiné à aider à la structuration du projet, à travers des idées neuves et la recherche.

Dans le but de renforcer le consensus international et le brassage d’idées autour de son grand projet « La ceinture et la route », le président Xi Jinping a convié du 24 au 27 avril dernier dans la capitale de l’Empire du Milieu, pas moins de 5000 personnes provenant de 150 pays. Mais aussi 90 organisations internationales, 37 chefs d’Etat et de gouvernement, 4100 journalistes parmi lesquels 1600 représentants des médias étrangers.

Les hommes de médias ont d’ailleurs expérimenté la technologie 5G dans les installations flambant neuf du China National Convention Center. Comme on le voit, un méga-forum à la dimension de la Chine et à la mesure de ce projet pharaonique de construction d’infrastructures conçu pour jeter les ponts -littéralement !- entre pays partenaires, faciliter le commerce et ouvrir les vannes d’une prospérité partagée.

Pour cet évènement hors-normes, plusieurs « compartiments » avaient été mis en place pour fluidifier l’organisation du forum. Aussi les aspects politiques et stratégiques étaient-ils au cœur d’un sommet et d’une table-ronde des chefs d’Etat, l’aspect business opérationnel dans un forum de présidents et directeurs généraux, sans compter les forums thématiques. C’est dans cette logique qu’un groupe de réflexion (Think tank) mis en place dans le cadre du projet, avec statut consultatif, et présidé par l’Agence de presse Chine Nouvelle (Xinhua), s’est réuni au Beijing International Hôtel, pour échanger sur les thématiques de circonstance, sous la présidence de Cai Mingzhao, président de l’Agence Xinhua. Le directeur général de la Sopecam avait été invité à rejoindre ce réseau de 70 Think Thank où siègent environ 260 personnalités issues de 60 pays.

Ce sont des professeurs d’universités, des chercheurs, des responsables d’entreprises médiatiques, des juristes, des historiens et des promoteurs d’instituts de recherche. Pour mieux appréhender la mission que les autorités chinoises assignent au réseau de Think Tank ainsi créé, il convient de se référer au message de félicitations que le président chinois a adressé aux membres lors de la cérémonie inaugurale. Xi Jinping y a rappelé en substance que le progrès des nations a souvent été lié au progrès des idées.

Le projet « La ceinture et la route », a-t-il poursuivi, est une plateforme ouverte et inclusive sur la coopération internationale. S’il est bien né en Chine, il est devenu un bien public mondial, destiné à approfondir la confiance mutuelle entre les peuples. En saluant la création de ce réseau d’études, il l’a comparé à une usine de la pensée. Il est allé jusqu’à suggérer que le sort de l’initiative « La ceinture et la route » dépendrait de la vigueur des recherches et des études engagées dans ce réseau nouvellement créé.

Dans les exposés qui ont suivi, les membres ont souhaité que le Réseau se mette à la hauteur des attentes du père de ce projet emblématique, qu’il soit marqué par l’innovation et la recherche, et que l’information qu’il entend délivrer soit objective et crédible. Ils se sont encouragés en supputant qu’ils feront sans doute face à des défis et à des critiques. Mais ils se promettent de rester solidaires, dans l’esprit même de l’ancienne route de la soie, qui stipule que « tous les fleuves mènent à la mer et un seul grand fleuve les engloutit ».

Afin de coordonner ce grand bateau de 260 experts provenant tant de l’Université de Cambridge que de l’Institut Conficius du Portugal, de la télévision publique Kényane que d’un grand groupe de presse camerounais, un bureau a été mis sur pied avec à sa tête un professeur de l’Université de Harvard, appuyé par des personnalités de la République de Corée, de Singapour, du Kazakhstan, du Ghana, de l’Indonésie, de Bulgarie et du Japon.

Le Bureau organisera régulièrement des séminaires en Chine et dans d’autres pays, il créera un fonds de recherche international pour financer les études à venir, une plateforme de partage d’information, un site Internet et une base de données sur ce vaste projet. Il reste à souhaiter de la réussite à ce groupe de réflexion, afin qu’il joue pleinement son rôle dans la structuration de « La ceinture et la route », à travers des études et recherches pertinentes, et leur application effective au service de ce que certains nomment « une cause sans précédent ».

Mais c’est sans doute auprès des universités que la recherche sera la plus active. L’Université de Pekin a ainsi créé une filière spécialisée sur cette initiative et effectué des formations diplomantes pour 300 étudiants de 154 pays. En dehors de la création d’une base de données, les projets de recherche se multiplient, les publications et les collections sont éditées. Comme pour affirmer que ce projet du plus grand dragon asiatique n’est pas un éléphant blanc…

Cameroon Tribune

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here