Kristalina Georgieva, officiellement Directrice Générale du FMI

0
497
DG FMI
(BFI) – La Bulgare Kristalina Georgieva est officiellement devenue la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) mercredi 25 septembre 2019, après la Française Christine Lagarde, a annoncé le conseil d’administration de l’institution basée à Washington.

Son mandat, d’une durée de cinq ans, démarre le 1er octobre 2019. Kristalina Georgieva n’a pas de temps à perdre car d’énormes responsabilités l’attendent dans une économie mondiale menacée de récession. Entre le Brexit et la Chine dont la formidable émergence pourrait déstabiliser le multilatéralisme du Fonds, la Bulgare devra également sillonner les dossiers économiques de l’Afrique parmi lesquels ceux du Cameroun.

Les emprunts du pays dans le cadre du programme économique triennal dénommé « Facilité élargie de crédit (FEC) » seront l’un des chantiers les plus importants sur lesquels devra se pencher Kristalina Georgieva.  D’autant plus que le conseil d’administration du Fonds a achevé la 4e revue de ce programme, le 17 juillet 2019. La conclusion de cette revue a permis le décaissement d’environ 76,2 millions de dollars (près de 45 milliards de FCFA) en faveur du pays. Ce qui a porté le total des décaissements au titre de la FEC à environ 514,5 millions de dollars (près de 300 milliards de FCFA) sur les 666,9 millions de dollars (380 milliards FCFA) prévus dans le cadre de cet accord triennal censé arriver à terme en juin 2020. En échange de ce crédit amorcé en 2017, le Cameroun doit adopter des réformes pour redresser son économie mise à mal par une conjoncture défavorable des prix des produits pétroliers. L’institution propose à Yaoundé de renforcer sa discipline budgétaire et d’atténuer les risques liés aux chocs extérieurs et aux problèmes de sécurité.

Cheveux courts, avenante et souriante, Mme Georgieva devrait marteler, comme ces prédécesseurs, que le Cameroun a des potentialités pour devenir un acteur essentiel de l’économie internationale. A condition de surveiller ses déficits et sa dette, de mieux collecter ses impôts, de lutter contre la corruption et de diversifier une économie encore trop centrée sur l’exportation de matières premières brutes aux cours fluctuants.

Agée de 66 ans, la nouvelle dirigeante du FMI a pour créneau une meilleure éducation des filles. Va-t-elle porter ce projet à l’endroit des autorités camerounaises ? Quoi qu’il en soit, elle envisage s’investir sur le continent pour bannir les lois entravant le travail des femmes, et en incitant à leur entrepreneuriat. Sur ce point, elle devrait s’inscrire dans la continuité de Christine Lagarde qui a affiché sa volonté d’agir en faveur de l’égalité des genres. La nouvelle patronne du FMI a d’ailleurs rendu hommage à son prédécesseur : « une grande dirigeante et une amie chère dont la vision et le travail sans relâche ont contribué énormément au succès du Fonds ».

Pour prendre les rênes, la dame surnommée « Action woman » a été soutenue par l’Etat français avec l’appui de 56% des pays représentant 57% de la population de l’Union européenne (UE).

Par Chelsea Etoho Agoumé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here