Intégration : La CEA et l’UE déterminées à soutenir la zone de libre échange continentale africaine

0
592
vera-songwe
(BFI) – La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Union européenne (UE), ont signé un accord de 3 millions d’euros visant à soutenir les stratégies nationales de mise en œuvre de la Zone de libre échange continentale.

Les deux institutions ont conclu cet accord en marge de la conférence Afrique-Europe qui s’est tenue récemment, à Vienne, indique un communiqué. Elles ont également convenu de la création d’un observatoire du commerce africain qui constituera un pilier essentiel de la Zone de libre-échange continentale africaine. L’accord a été signé par la Secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe, et le Commissaire européen à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica. « Les ODD (objectifs du développement durable, ndlr) exigent que nous fassions passer le développement à l’ère numérique. Nous devons également intégrer le continent numériquement pour que l’Afrique soit plus diversifiée et plus prospère » a, à cet effet, déclaré Vera Songwe (photo), Secrétaire exécutive de la CEA.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est l’une des priorités de l’Agenda 2063 de l’Afrique et un projet phare pour le continent. Quatorze pays ont ratifié le Protocole et il en faut 8 autres pour atteindre le seuil de 22.

La ZLECA a pour objectif d’offrir un marché continental unique pour les biens et services, avec la libre circulation des personnes et des investissements. Son objectif consiste à accélérer les échanges intra-africains grâce à une meilleure harmonisation et coordination de la libéralisation des échanges. Grâce à ces mesures, la création de la ZLECA donne lieu à un nouvel élan pour stimuler la croissance économique et attirer les investissements d’Afrique et du monde entier

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) a été officiellement créée en mars 2018 lors de la 10ème session extraordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine à Kigali, au Rwanda. Les gains potentiels d’une intégration régionale et économique accrues sont considérables pour l’Afrique, alors que le continent enregistre le pourcentage le plus faible de commerce intra- régional. Seulement 15% des exportations ont lieu en Afrique, contre 25% dans l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et plus de 60% dans l’UE. De plus, les exportations se limitent souvent aux ressources naturelles avec une faible valeur ajoutée par d’autres secteurs de l’économie.

Par Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here