Éditorial : Pour relever les défis de toute nature

0
259
ABEGOUMEGNE BERTRAND

(BFI) – Dans le moment très particulier que nous vivons, il serait bien que l’Etat et, de façon plus générale, la gouvernance publique envoient au peuple camerounais des signaux forts afin de l’inciter à resserrer les rangs pour relever les défis de toute nature que lance à notre pays comme à bien d’autres de par le vaste monde la pandémie de Covid-19, mais aussi pour résoudre les problèmes très matériels et infrastructurels que doit résoudre notre pays en raison de l’effondrement des cours du pétrole sur les marchés mondiaux et lui permettre de préparer dans le calme, la paix, la sérénité les échéances électorales majeures qui marqueront les deux années 2021 et 2022 à venir.

S’il ne nous appartient évidemment pas à nous, simples observateurs de la scène publique, de dire quels signaux devraient être ainsi lancés, il nous revient d’affirmer sans l’ombre d’un doute que ceux-ci concernent l’unité de notre nation. Non parce qu’elle serait menacée par les obstacles dans la partie septentrionale ou dans la NOSO que le Cameroun doit franchir s’il veut reprendre dans de bonnes conditions sa longue marche sur la voie du progrès, mais parce que l’union collective, nationale, est la meilleure façon, sans doute aussi la seule, de sortir vainqueur de la crise que nous traversons tous dans le moment présent.

N’oublions jamais que si nous avons réussi à préserver notre unité et à repartir du bon pied au sortir des guerres civiles qui avaient marqué chez nous au siècle précédent c’est précisément parce qu’au plus haut niveau de l’Etat, puis à tous les niveaux de la gouvernance publique, l’action en faveur de l’unité nationale s’est imposée comme un impératif catégorique, comme un devoir auquel nul ne pourrait, ne saurait se soustraire. Avec les résultats très positifs qui ont résulté de cet engagement et qui nous ont permis de résoudre les problèmes apparemment insolubles nés de nos divergences intérieures.

Rien n’est plus important, dans le moment présent, que d’écouter la voix de ceux et celles qui, autour de nous, prêchent la conciliation, le pardon, l’union, la solidarité nationale. Bref le respect, le soutien des principes fondamentaux qui nous ont permis hier de nous relever et qui ont fait du Cameroun, de notre Cameroun, ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire l’un des pays les plus stables du continent africain.

Bertrand Abegoumegne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here