Du fait d’un nouveau code pétrolier, des compagnies pétrolières veulent investir dans les hydrocarbures au Cameroun (SNH)

0
236
Jean Jacques KOUM

(BFI) – « Nous relevons un intérêt réel des compagnies pétrolières internationales, qu’elles soient déjà en activité au Cameroun ou non, à profiter des mesures prévues par le code pétrolier pour accroître les investissements ou décider d’investir dans la recherche et la production des hydrocarbures au Cameroun. Pas mal de firmes juridiques ou d’organisations professionnelles ont également exprimé leur intérêt à promouvoir le nouveau code pétrolier (…) », informe Jean-Jacques Koum (photo), le président de la Commission permanente de négociations des contrats pétroliers et gaziers mise en place par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), dans une récente publication de la SNH.

Cet enthousiasme se manifeste alors même que le cadre n’est pas encore entièrement en place. « Le décret d’application de la nouvelle loi est très attendu et devrait intervenir sous peu », indique Jean-Jacques Koum.

Toujours selon ce responsable, la loi du 25 avril 2019, portant sur le nouveau code pétrolier en vigueur au Cameroun, est plus attractive pour les investisseurs en raison des mesures d’incitation de toutes natures prévues par ce texte. Ces incitations contribuent à mitiger les risques pris par ceux-ci et améliorent l’économie de leurs projets. À en croire M. Koum, les assouplissements fiscaux apportés par ce code devraient permettre de réduire leur aversion aux risques auxquels ils ont à faire face dans ce secteur qui est hautement capitalistique et risqué.

Au plan fiscal, indique Jean-Jacques Koum, le nouveau code pétrolier contient tout un chapitre consacré aux incitations susceptibles d’être accordées par le Cameroun aux compagnies pétrolières, pour les amener à prendre plus de risques, notamment lorsque le contexte pétrolier international est peu favorable à l’investissement, ou que le domaine offert présente des difficultés avérées.

Le nouveau texte prévoit notamment des mesures de consolidation fiscale, des périodes d’exonérations d’impôts, un taux d’imposition revu à la baisse à 35%, des incitations à l’acquisition de données sismiques, l’exonération du paiement de bonus de signature, etc. Le texte précise également que les programmes d’investissement spécifiques, destinés à augmenter la production, comme la récupération tertiaire, peuvent bénéficier des incitations.

In Investir au Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here