Deuxième pont sur le fleuve Wouri : 99% du travail exécuté

0
638
pont_wouri2

(BFI) – Ouvert à la circulation pendant un an, le deuxième pont sur le Wouri sera définitivement réceptionné le 21 décembre 2018.

L’assurance a été faite par Youssef Ben Salah, chargé de projet pour la construction de cet ouvrage, au gouverneur de la région du Littoral, Samuel Ivaha Diboua, lors de sa visite au chantier naval. Selon le responsable du projet, les travaux sont réalisés à 99% et il ne reste plus qu’à finaliser les voies de contournement reliant le rond-point Deïdo à l’ancienne route de Bonaberi via l’ancien pont. Pour décongestionner le trafic, un plan de circulation et une répression de l’incivilité sur le livre sont annoncés par le gouverneur du Littoral. «Nous voyons comment concevoir la traversée de ce pont pour que les vélos sachent dans quelle direction ils vont passer, de quel côté circulent les wagons.
Lancé en 2013, l’ensemble du projet de 2800 mètres dont 760 m de traversée du Wouri a été confié à la société française Sogea-Satom et financé par l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 141,6 milliards de FCFA. Ce deuxième pont sur le Wouri permettra de fluidifier le trafic en provenance de Bonabéri, un district abritant une zone industrielle, et du centre-ville de Douala et même entre la capitale économique et les régions du nord-ouest, du sud-ouest et de l’ouest du pays.

En attente d’inauguration officielle

La construction du 2e pont sur le Wouri était pour le moins un point dans le temps compte tenu de son importance économique non seulement à Douala, mais dans la sous-région dans son ensemble. C’est un grand soulagement pour les habitants de la capitale économique et relie Douala aux régions du sud-ouest, de l’ouest et du nord-ouest. Le pont en attente d’inauguration officielle est l’un des projets les plus ambitieux du président Paul Biya.
La construction du 2e pont sur le Wouri, qui est aujourd’hui une réalité après l’ouverture partielle du joyau architectural à la circulation le 3 octobre 2017, est décrite par les experts comme opportune. L’évolution vers une économie émergente à l’horizon 2035 ne peut être réalisée sans une telle infrastructure. Le nouveau pont construit au-dessus du fleuve Wouri, au cœur de la capitale économique du Cameroun, est donc non seulement un levier économique pour le pays, mais également pour la sous-région de l’Afrique centrale. Il est indéniable que Douala est le creuset économique de la sous-région, servant de port de mer aux pays enclavés de la sous-région tels que le Tchad et la République centrafricaine. Le pont ne relie pas non plus la ville principale et le port à la zone industrielle de Bonaberi, mais relie également les bassins de production des régions du sud-ouest, de l’ouest et du nord-ouest, ainsi que la division Moungo de la région littorale.
Servant de lien entre les bassins de production agricole et la zone industrielle, le pont du Wouri subira les pressions des automobilistes à tout moment de la journée. Les experts affirment qu’entre 50 000 et 60 000 véhicules de toutes les catégories sillonnent le pont tous les jours. La forte circulation étant donné la densité des activités économiques à Douala, il a été nécessaire de construire un autre pont sur le Wouri afin de réduire la pression exercée sur le vieux pont de Wouri de 1,2 km construit en 1954.

Par Placide Onguene

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here