De nouveaux équipements de dragage bientôt réceptionnés au Port de Douala

0
577
Bateau Chantal Biya
La drague polyvalente « Chantal Biya » est en cours de réhabilitation dans les ateliers du Chantier Naval et Industriel du Cameroun.

(BFI) – L’autorité portuaire (PAD) informe qu’elle va réceptionner « dans une vingtaine de jours (vers fin juillet 2019, NDLR) », dans la capitale économique du Cameroun, de nouveaux équipements pour assurer le dragage sur la place portuaire de Douala-Bonabéri.

De bonnes nouvelles donc en perspective pour le port de Douala. Parmi les projets phares implémentés par la direction générale du Port Autonome de Douala (PAD), dans le cadre de la modernisation et de la compétitivité de cette infrastructure portuaire, Il y a le projet d’autonomisation du dragage de chenal du port de Douala-Bonabéri. Une autonomisation qui, en dehors de la réduction des dépenses, devrait avoir un impact direct sur l’attractivité et la compétitivité du port de Douala-Bonabéri. Avec l’appui du gouvernement, informe-t-on au PAD, deux dragues sont en cours d’acquisition. « Il s’agit d’une drague aspiratrice stationnaire, Vigilance, de type Beaver 50 pour les plans d’eau, les pieds de quais et les darses (…) avec un bateau d’assistance, Patriote, et leurs accessoires », indique le PAD. Bientôt suivra l’acquisition d’une drague aspiratrice en marche de type Easy Dredge TSHD 3000, d’une capacité de puits de 3 000 m3 dédié au dragage du chenal d’accès au port. À ces deux navires, va s’ajouter la drague Chantal Biya. Hors d’usage depuis neuf ans, sa réhabilitation est en cours d’achèvement.

« Si hier le dragage était un tonneau des Danaïdes pour le PAD, la direction générale veut désormais en faire, une pourvoyeuse d’argent, à travers le recyclage des matériaux issus des travaux du dragage », se réjouit l’autorité portuaire. Elle entrevoit déjà la réduction des coûts exorbitants du dragage du port de Douala-Bonabéri. En une année, le PAD estime qu’il va réaliser une économie de plus de 5 milliards de FCFA hors amortissements. Ces fonds pourraient permettre de réaliser le dragage des plans d’eaux et pieds de quais sur au moins trois ans.

La plateforme actuelle du port de Douala a été édifiée en 1980 et dimensionnée pour traiter un trafic annuel d’environ 7 millions de tonnes de marchandises. Seulement, cette capacité est aujourd’hui dépassée, puisqu’elle traite environ 12 millions de tonnes de marchandises. En plus, l’on note une forte dégradation des infrastructures portuaires, l’envahissement de certains quais par des épaves de navires, l’envasement et l’ensablement des plans d’eau, etc.

Par Christian Trésor Adong Baliaba

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here