Coopération : Le Cameroun et Tchad mutualisent leurs efforts

0
285
Fungod-Edwin-Nuvaga

(BFI) – Mutualisation et concertation de mise après trois jours d’échanges bouclés vendredi à Douala.

Après trois jours de fructueux échanges entre les acteurs du transit des marchandises du Cameroun et du Tchad, il a été décidé de mettre l’accent sur la mutualisation de la technologie (à travers les applications Nexus+, Plasmat et Sydonia) et des informations, afin de renforcer la synergie entre les deux pays. Cela fait partie des quatorze recommandations formulées au terme des travaux, bouclés ce vendredi 11 janvier à Douala, sous la houlette des directeurs généraux des douanes des deux pays, Edwin Fongod Nuvaga (Cameroun) et le colonel Ousmane Adam Dicki (Tchad).

En plus de la mutualisation, il sera question de concertation. Le terme revient plusieurs fois dans les recommandations. Concertations entre les systèmes informatiques des douanes tchadiennes et camerounaises, concertations périodiques au niveau local entre les secteurs et circonscriptions des douanes frontalières… Un terme qui démontre la volonté ferme des deux parties à travailler main dans la main pour faciliter le transport des marchandises sur le corridor Douala-N’Djamena. D’ailleurs, Edwin Fongod Nuvaga a insisté sur l’expression « en temps réel », pour souligner l’importance d’être au même niveau d’information.

Sydonia

Parmi d’autres points importants de ces recommandations, et toujours dans le sens de la fluidification du transit des marchandises, on retrouve l’application rigoureuse de la réglementation douanière pour toute cargaison en circulation entre les deux pays et ne disposant d’aucun document douanier. Ou encore l’implication des administrations et acteurs du transit dans la dénonciation et la répression des manquements à l’éthique.

Et bien entendu, chaque partie devra scrupuleusement respecter sa feuille de route, d’où des exhortations spécifiques. Par exemple, en vue du désengorgement du port de Douala, la partie tchadienne doit résolument s’engager à informer ses opérateurs sur les marchandises débarquées audit port, suite à l’effectivité de l’interconnexion avec le Cameroun et l’opérationnalisation de l’antenne avancée. Quant à la partie camerounaise, elle doit veiller à l’application effective des dispositions du protocole portant sur l’organisation des ventes aux enchères publiques des marchandises en séjour prolongée et abandonnées.

Par Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here