Blaise Pascal Ezo’o Engolo nommé Président du Conseil d’administration de Cica-Re

0
208
cica-re-assurances

(BFI) – C’est l’une des décisions prises par le Conseil d’administration du Réassureur communautaire de la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances (CIMA) réuni en sa 132è session à Libreville, au Gabon.

Le Conseil d’administration de la Compagnie de réassurance des Etats membres de la conférence interafricaine des marchés d’assurances (CICA-RE) a porté son choix sur Blaise Pascal Ezo’o Engolo au poste de président du conseil d’administration (PCA) de cette institution.

L’actuel Directeur des Assurances au ministère des Finances qui a été élu le 3 décembre 2019 lors de la 132è session du conseil, aura notamment la charge de présider cette instance de contrôle dans un environnement économique difficile qui n’épargne par le secteur des assurances.

C’est dire qu’à défaut de conquérir de nouveaux espaces pour booster le déploiement du secteur des assurances, la mission du Conseil d’administration sera tout au moins de veiller à ce que les acquis soient consolidés.

En effet, le rapport annuel présente l’exercice comptable 2018 sous de meilleurs auspices pour la CICA-RE, avec un chiffre d’affaires de 53,536 milliards de FCFA, soit une hausse de 15,54% par rapport à l’exercice précédent.

En rapport avec cette élection, le ministre camerounais des Finances Louis Paul Motazé a déclaré dans un communiqué que « le choix de l’administrateur du Cameroun traduit une fois de plus la crédibilité dont jouit notre pays au sein de la communauté internationale ».

La Compagnie de réassurance communautaire créée par les Etats du système CIMA dispose d’un capital est de 50 milliards de FCFA détenu à 65% par les douze Etats membres d’Afrique centrale et de l’Ouest et 35% par les Compagnies d’assurances et de réassurance et des Institutions financières.

La CICA-RE dont le siège est basé à Lomé, au Togo, a entre autres pour missions, d’assurer la rétention des primes dans les pays membres, de concourir au financement des économies des pays et au développement d’une industrie saine des assurances en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here