BAD : vers une augmentation de capital de 11 milliards de dollars

0
318
Akinwumi Adesina

(BFI) – La Banque africaine de développement (BAD) veut se donner plus de moyens pour répondre aux besoins de financement du continent africain. A en croire le président de l’institution financière, Akinwumi Adesina, la Banque est engagée dans des discussions avec ses actionnaires en vue d’une augmentation générale de son capital de 11 milliards de dollars.

Le responsable qui s’adressait à la presse au sortir d’un déjeuner avec les ambassadeurs des pays membres de la BAD à Abidjan, a confié que cette augmentation devrait intervenir au cours de cette année et que « jusqu’à présent les pourparlers avancent harmonieusement ». Cette 7ème augmentation de son capital après la 6ème qui a eu lieu en 2010 sous la présidence de Donald Kaberuka, « nous permettra d’en faire beaucoup plus pour l’Afrique pour réaliser les objectifs de l’agenda 2062 ”l’Afrique que nous voulons” », a expliqué Akinwumi Adesina à la presse.  La BAD a connu six augmentations générales de capital dont la dernière a eu lieu en 2010. Une nouvelle augmentation générale du capital “nous permettra d’en faire beaucoup plus pour l’Afrique pour réaliser les objectifs de l’agenda 2062 « l’Afrique que nous voulons », a justifié le président de la BAD, insistant sur l’impact de l’action de son institution sur le développement de l’Afrique.

Des impacts considérables sur le développement

Dans son intervention, le président de la BAD a fortement insisté sur l’impact de son institution sur le développement du continent africain. « Nous devons parvenir à l’accès universel à l’électricité, nous devons aider l’Afrique à devenir autosuffisante sur le plan alimentaire, nous devons parvenir à l’intégration complète du continent, nous devons industrialiser le continent et améliorer la qualité de vie des populations africaines », a-t-il rappelé.

Le patron de la BAD a ajouté qu’avec cette augmentation de capital de 11 milliards de dollars, « 105 millions de personnes auront accès à l’électricité, 137 millions de personnes bénéficieront de l’accès aux technologies agricoles améliorées, 22 millions de personnes bénéficieront des retombées des investissements dans les projets du secteur privé, 15 millions de personnes auront accès à des services améliorés de transport et 110 millions de personnes auront accès à des services améliorés d’alimentation en eau et d’assainissement ». Plaidant pour l’augmentation du capital, Akinwumi Adesina s’est montré optimiste confiant que la BAD pourrait réaliser un impact « encore plus significatif » si le nécessaire est fait. « Ce serait une autre Afrique ! Une Afrique si différente ! Aidez-nous à faire émerger cette Afrique en contribuant à la réussite de l’augmentation générale du capital de la BAD », a-t-il déclaré.

Créée en 1963 par 23 pays africains, la BAD compte aujourd’hui 54 Etats africains (membres régionaux) et 80 Etats non africains (membres non régionaux).

Par Placide Onguéné

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here