BAD : dialogue et sensibilisation sur les instruments de financement pour renforcer les opérations du secteur privé au Cameroun

0
381
BAD

(BFI) – Le Groupe de la Banque africaine de développement a organisé du 28 au 29 mars dernier à Douala, un séminaire sur le financement du secteur privé au Cameroun. L’objectif est d’une part de sensibiliser et d’informer le monde des affaires camerounais sur les instruments financiers de la BAD, dédiés aux opérations du secteur privé et, d’autre part, de donner l’occasion aux opérateurs camerounais d’avoir des échanges B-to-B avec les experts de la Banque sur les opportunités concrètes de financement des projets dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, de l’agro-industrie et du secteur financier.

Le séminaire a rassemblé près de 200 participants, dont des hauts responsables du gouvernement et du secteur privé, des jeunes, des dirigeants d’entreprises, de banques et de la société civile, ainsi que des experts de la Banque africaine de développement, et les autres partenaires au développement basés au Cameroun.

Sur les 177 milliards de F d’engagement de la Banque africaine de Développement (Bad) au Cameroun, seuls 11% sont destinés au secteur privé. « Nous pensons que cette situation constitue un paradoxe. En effet, la banque dispose d’instruments de financement dédiés au secteur privé. Malheureusement, ces instruments ont été relativement peu déployés au Cameroun », a fait remarquer le responsable pays de la Bad au Cameroun, Solomane Kone. D’où la nécessité d’organiser des journées d’échanges sur la promotion et le financement du secteur privé camerounais.

Les assises, dont l’ouverture officielle a eu lieu le 28 mars 2019, font suite à une demande formulée par le gouvernement afin de lever les contraintes de financement du secteur privé local, en vue d’améliorer sa contribution à l’effort de développement du pays. Les travaux se sont déroulés sous la présidence du vice-président de la Bad, Pierre Guislain, et du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat), Paul Tasong.

Promotion du secteur privé

La journée de vendredi 209 mars, a essentiellement été consacrée à la sensibilisation des hommes d’affaires, chefs d’entreprises et responsables administratifs camerounais sur les divers instruments de financement du secteur privé et public de la Bad. Notamment les produits prêts, les garanties, les produits de gestion des risques, les fonds spéciaux et d’assistance technique. La rencontre de Douala s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de la Bad visant à développer le secteur privé.

« Cette stratégie vise à promouvoir un secteur privé compétitif et dynamique tant au plan national que régional », a souligné le directeur général région Afrique centrale de la Bad, Ousmane Dore. Selon les responsables de la Bad, en 2018, les opérations approuvées pour le secteur privé ont atteint près de 23% dont seulement 3% pour l’Afrique centrale contre plus de 39% pour les autres pays du continent. « Il est donc urgent d’accroitre le nombre et le volume des opérations relevant du secteur privé en Afrique centrale », a souligné Ousmane Dore. L’économie diversifiée de notre pays et son rôle moteur en Afrique centrale justifient le choix du Cameroun par la Bad pour abriter ces journées d’échanges.

«Nous avons pour ambition de changer de cap et d’inverser la tendance, en commençant par le Cameroun, qui dispose d’énormes potentialités et qui est la locomotive de la sous-région ». Selon le représentant-pays, il est urgent de renforcer l’implication du  secteur privé dans le secteur productif et le financement des investissements structurant dans le pays et dans la région, d’accroître l’échelle de nos interventions pour un impact fort sur nos populations, y compris l’autonomisation des femmes et l’emploi des jeunes.

Des présentations détaillées ont été effectuées sur les instruments de financement du Groupe de la Banque par les experts, qui ont également répondu aux questions relatives aux prêts souverains et non-souverains, aux prêts synthétiques en monnaie locale, aux risques et garanties. Des rencontres bilatérales avec des porteurs de projets et sponsors ont permis de discuter en profondeur sur des transactions potentielles qui se poursuivront pour rendre effectives certaines d’entre elles.

Par ailleurs, le vice-président de la Banque, chargé du Secteur privé, de l’infrastructure et de l’industrialisation, Pierre Guislain, a entamé une série d’entretiens avec des acteurs clés du secteur privé. Le vice-président, le DG, le responsable-pays, se retrouveront au deuxième jour, dans un panel de discussions avec des hauts responsables gouvernementaux et du secteur privé. Seront discutés, la stratégie du Groupe de la Banque dans le financement et la promotion du secteur privé, la situation et les perspectives du Gouvernement et des acteurs clés du secteur privé, l’opérationnalisation en Afrique centrale. Les échanges bilatéraux se poursuivront également.

Par Omer Kamga ����$

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here