Afrique-Russie : Poutine veut « doubler les échanges commerciaux dans les cinq ans »

0
234
Sothi
Pour le président russe, Vladimir Poutine, l’heure est venue de donner un nouveau visage au commerce entre l’Afrique et ses partenaires commerciaux.
(BFI) – À Sotchi, où s’est tenu le premier grand sommet Russie-Afrique, Poutine a insisté sur le potentiel de l’Afrique et a affiché ses ambitions pour le continent.

D’avoir d’abord rencontré le président Abdel Fattah al-Sissi avant de s’adresser à un parterre de dirigeants africains a été le premier signal envoyé par le chef du Kremlin au sommet Russie-Afrique ouvert à Sotchi le 23 octobre dernier. Il a ensuite rencontré parmi les premiers le président sud-africain Cyril Ramaphosa, lequel a salué la « relation merveilleuse » avec la Russie « depuis longtemps ». D’emblée, Vladimir Poutine a promis de doubler dans les cinq ans les échanges commerciaux, conscient du potentiel de développement de l’Afrique, sur lequel il a d’ailleurs insisté. Une manière pour Moscou de revenir sur un continent dont la Russie s’est retirée à la chute de l’URSS et où la Chine et les pays occidentaux ont plusieurs longueurs d’avance. De quoi justifier que ce sommet se veuille une réplique aux « forums sur la coopération sino-africaine » qui ont permis à Pékin de devenir le premier partenaire du continent.

Pour info, en 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l’Afrique se sont élevés à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que ceux de la Chine. Et la majorité du commerce concerne les armes, rare domaine dans lequel la Russie reste en tête. Pour retourner la tendance, Vladimir Poutine a vanté dans un entretien à l’agence d’État Tass une coopération sans ingérence « politique ou autre », à l’heure où certains acteurs africains, inquiets de leur dépendance financière, commencent à ressentir une forme de lassitude face à la Chine.

Sotchi à l’heure africaine…

Cet événement, qui doit se répéter tous les trois ans, est d’autant plus important que Moscou, après cinq années de sanctions économiques occidentales, a un besoin crucial de partenaires et de débouchés pour conjurer sa croissance atone.

Dans un contexte de tensions exacerbées avec les pays occidentaux, il est aussi l’occasion pour Moscou, après son grand retour au Moyen-Orient à la faveur de ses succès syriens, de montrer qu’elle est une puissance d’influence mondiale.

Avec 43 dirigeants et plus de 3 000 participants, dont de nombreux responsables africains, la ville de Sotchi, qui avait accueilli les J0 2014, s’est mise à l’heure africaine pour quelques jours. Dans les allées du sommet, les stands des entreprises d’armement se taillent la part du lion, hommes d’affaires russes et africains se pressant pour manipuler les derniers fusils automatiques présentés par Rosoboronexport, l’agence russe chargée des exportations d’armes. Au-delà des armes, peu d’entreprises russes étaient visibles. Une vingtaine en tout et presque aucun groupe énergétique, secteur pourtant crucial de la présence russe à l’étranger.

Parmi les pays africains, seuls le Kenya, la République démocratique du Congo et Djibouti, à travers son port, disposent de stands. Cela dit, des poids lourds du continent sont aussi là, comme le Nigérian Muhammadu Buhari, des partenaires historiques aussi tels que l’Angolais Joao Lourenço ou plus récents comme le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

Par ailleurs, des pays où la Russie est quasi absente ont aussi fait le déplacement, à l’instar de la Côte d’Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l’éventuelle conclusion d’un accord de coopération militaire.

… et à celle des promesses russes

Pour ce sommet, deux jours de discussions sur des thèmes qui vont aller des « technologies nucléaires au service du développement de l’Afrique » aux « minerais africains au profit des peuples d’Afrique » sont prévus.

Lors de la session plénière, Vladimir Poutine a promis que la Russie continuerait à aider les pays africains en effaçant leurs dettes, assurant que « le montant total » dépassait déjà 20 milliards de dollars. Il faut dire que l’effacement des dettes est un point-clé de la politique russe en Afrique. Il conditionne souvent ses programmes à des contrats d’armement avec les pays concernés.

Le Point Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here