Accompagnement des Pme : Comment motiver le financement par les banques

0
273
PME

(BFI) – Réflexion lancée la semaine dernière au cours de la première session de la plateforme y dédiée.

« Crédit bancaire classique aux petites et moyennes entreprises : mode d’emploi ». C’est sur ce thème que s’est déroulée la première session de la plateforme de facilitation de l’accès au financement des Pme vendredi dernier à Yaoundé. La rencontre tenue dans les locaux du ministère en charge de l’Economie était présidée par le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et l’Artisanat (Minpmeesa) qu’accompagnait le directeur de l’Agence de promotion des Pme et des responsables des institutions financières. La rencontre qui vient réitérer la volonté du gouvernement d’apporter des solutions aux questions de financement des Pme est en fait la matérialisation de l’accord-cadre entre l’Apme et les banques au cours du salon Promote en février dernier.

D’après le ministre Achille Bassilekin III, cet accord se veut « une démarche Top-Down (solutions mises en œuvre pour rapprocher les banques et institutions financières des Pme par la promotion des mécanismes et des produits financiers adaptés aux Pme) et une approche Bottom-Up, actions orientées vers les promoteurs des Pme visant à renforcer leur attractivité auprès des banques et institutions financières ». Ainsi donc, il est question de mieux imprégner ces structures sur les produits financiers à elles destinées, de faciliter leur mise en relation avec les institutions financières, etc.

Et d’un autre côté, il est question de familiariser les banques aux modes de fonctionnement des Pme mais aussi aux opportunités qu’elles offrent. « L’engouement réel de cette initiative se manifeste par la présence significative des institutions financières à cette première session. Le gouvernement lance un appel aux autres institutions financières à participer à la plateforme pour trouver les solutions appropriées au financement des Pme afin de construire les fondements d’une économie durable et résiliente », a conclu Achille Bassilekin III.

Par Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here