276 milliards à mobiliser pour construire 11 échangeurs à Yaoundé

0
261
Routes

(BFI) – L’itinéraire de la section urbaine de l’autoroute Yaoundé -Nsimalen est connu. Sur les 12,30 km, il y aura une route de 29m d’emprise à 4 voies, 11 échangeurs et 10 passerelles pour piétons. Ainsi Yaoundé, la capitale du Cameroun, affichera une belle allure.

Un contrat commercial a été signé le 10 décembre dernier entre le ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha, et le directeur régional de China Communications Construction Company Limited (CCCC) Cameroun, Li Jianbih.

À en croire le Mindhu, la signature de ce contrat commercial « est un préalable pour la mise en place des financements ». Celle-ci devrait se faire auprès des institutions financières chinoises. Une fois l’argent disponible, les travaux, prévus pour durer cinq ans, devraient démarrer, toutes les études ayant déjà été bouclées.

Évalué à 276 milliards FCFA, l’infrastructure qui s’étend sur un linéaire de 12,3 km sera composée d’une route de 29 m d’emprise à 4 voies, 11 échangeurs et 10 passerelles pour piétons, un terre-plein central, 2 bandes d’arrêt d’urgence, des voies de service et des équipements connexes (éclairage public, signalisation, aménagement paysager).

Sur le centre-ville de Yaoundé, l’autoroute va imposer une large chaussée à plusieurs voies. Pour chaque sens de circulation, il y aura trois voies : une voie de 3 m et deux voies de 3,5m. De part et d’autre de la chaussée, il y aura aussi un trottoir de 2m. Il faut néanmoins préciser que ce profil pourrait varier en fonction des contraintes urbaines. Ces contraintes ont induit le recours aux multiples échangeurs. Les conclusions des différentes études menées depuis l’année dernière convergent.

Ces contraintes ont fortement influencé le projet de l’autoroute Yaoundé Nsimalen. Le maître d’ouvrage n’évoque que le coût net du projet. C’est plus de 276 milliards de Francs CFA. Le ministère en charge du développement urbain présente ainsi les 276, 3 milliards de FCFA, en mettant ainsi de côté les frais d’expropriation. La construction d’une autoroute au cœur du site historique de Yaoundé ne se fera pas sans destructions. Elle va permettre, par contre de rallier l’aéroport, en 15 minutes à partir du Centre-ville.

Ces échangeurs …

L’évaluation des Impacts environnementaux a également révélé toutes les contraintes du projet. La construction de la partie urbaine impose un calendrier long (jusqu’à cinq ans). On connait aussi les zones de la ville à mobiliser. Il s’agit des quartiers Ahala, Nsam, Dakar, Olezoa, de certains lieux (Mess des Officiers, Poste Centrale, Hôtel Hilton, Carrefour Warda). Comme la section de rase campagne, la section urbaine est riche en échangeurs et en passerelles pour piétons.

On annonce des échangeurs à Nsam puis autour du dépôt SCDP, entre le monument des 3 statues et le siège de la SOPECAM. Il est aussi prévu d’en construire à Olezoa, vers le Mess des Officiers, puis au boulevard du 20 mai vers la Poste Centrale. Il y en aura également au niveau de l’hôtel Hilton et du carrefour Warda. Au terminus de l’autoroute à Tsinga, deux autres rues seront reliées à l’ouvrage par des échangeurs.

point des travaux

Les travaux de la section de  rase campagne vont s’achever bientôt.  Pour l’allure définitive de cette construction, il faudra 5 à 6 ans d’attente.  Pour l’instant, le partenaire et maître d’oeuvre China Communications Construction Company Limited va s’investir dans la mobilisation des fonds. Cette mobilisation a fait l’objet d’accords au plus haut niveau du Cameroun et de la Chine. La signature du contrat commercial constitue le dernier préalable à la mise en place des financements.  

Omer Kamga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here